vendredi 10 avril 2009

[MULTIVERSE] - Assassin’s Creed, part II : De la dichotomie de l’âme, Desmond Miles/Altaïr... et Ezio

[MULTIVERSE] - Assassin’s Creed, part II : De la dichotomie de l’âme, Desmond Miles/Altaïr... et Ezio

07/09/12

De : Lucy Stillman
A : Dr Warren Vidic
Objet: Re: Fonctionnement de l’Animus et nouveau sujet
Pièces jointes : Commandes Animus & Feedback.txt

Warren,

Comme vous me l’avez demandé au cours de notre dernière réunion hebdomadaire, j’ai commencé à rédiger les documents concernant le sujet n°17, Desmond Miles, et son ancêtre Altaïr (né vers 1165 – date de décès inconnue).

Vous trouverez ci-joint un document non-finalisé sur les commandes de l’Animus et le système de feedback, en vue de la présentation de levant le conseil d’administration, la semaine prochaine. Vos commentaires sont les bienvenus.

Cordialement,

Lucy


I- Le Démon qui dort…

Sujet n°17

Desmond Miles
Âge : 25 ans
Poids : 77 kg
Taille : 1.82 m
Groupe sanguin : A+
Nationalité : Américaine
Traits de caractère : Indépendant, introverti et sur la défensive, Desmond accorde difficilement sa confiance. Il a eu des parents très protecteurs, qui le gardaient dans le cocon de sa communauté, estimant que c’était dans son intérêt. Il a passé ces neufs dernières années loin des grandes villes et de la civilisation. Il dissimule ses pensées et ses émotions derrière un mur de cynisme.

Il ne sera pas facile de travailler avec lui. – Lucy

« Les hommes sur qui l'animus est le plus susceptible de se projeter, les plus aptes par suite à servir de réceptacle à la projection de l'animus, devront être d'un genre tel que la femme en mal de projection puisse y voir une réédition vivante du Bon Dieu, des hommes qui savent tout, qui comprennent tout ; ou bien il s'agira de novateurs méconnus, disposant de grands charmes rhétoriques où l'humain trop humain ne s'entrelacera que trop fréquemment avec une terminologie pompeuse, du genre "du vécu créateur". »

Carl Gustav JUNG, Dialectique du moi et de l’inconscient

Cette citation issue de l’œuvre de JUNG ne concerne a priori pas Assassin’s Creed. Néanmoins, il reste possible d’en tirer le substrat nécessaire à l’appréhension du mystérieux personnage qu’est Desmond Miles. En effet, elle montre que les projections de l’animus ne concernent que certaines personnes qui sont aptes à cette expérience, un vérité qui semble applicable pour les projections de l’Animus, la machine qui permet aux scientifiques d’Abstergo de s’immiscer dans la mémoire de leur sujet. Desmond n’a ainsi pas été choisi au hasard, tout comme ses pairs. On sait qu’il est le descendant d’un assassin du XIIe siècle, et qu’il a hérité lui-même de ses qualités... Cependant, il se montre avare à ce sujet, et peu d’informations ont réellement filtrées. Il n’en reste pas moins le fait que c’est pour cet héritage que les Néo-Templiers l’ont suivi et ont fini par le capturer afin de le placer entre les mains de Warren Vidic et Lucy Stillman.

Ce séjour entre les mains de l’ennemi permet à peine de caractériser Desmond Miles : c’est un homme jeune, athlétique, qui sait néanmoins se maîtriser, ne distillant que peu d’informations aux dépens d’une observation permanente des personnes et des lieux. Ainsi, peu après son arrivée dans le laboratoire, il en profite pour repérer les caméras de surveillance, mais surtout pour s’emparer du stylo de Vidic, stylo qui n’est autre qu’une clé d’accès à son ordinateur, ce qui lui permettra entre autre d’en savoir plus sur le projet de ses geôliers. Surtout, on note qu’il ne tente rien pour échapper à l’ennemi, alors qu’il est naturellement doué pour le combat puisqu’il a grandi dans une ferme où vivait une petite communauté liée aux Assassins avant de fuir pour découvrir le monde et devenir tenancier de bar. Mais de toutes évidences, il sait que toute tentative serait vaine. Et de toutes façons, pour Vidic, Desmond Miles ne compte pas vraiment… seul compte son ascendant, Altaïr.

En effet, l’Animus permet de se servir de la mémoire collective enfouie dans l’esprit du patient. Ainsi JUNG évoquait ainsi ce qu’implique une projection de l’animus :

« Car ce serait en effet caractériser insuffisamment l'animus que de n'y voir qu'une manière de conscience collective conservatrice : l'animus est aussi un novateur qui, tout à l'opposé de ses opinions codifiées par l'usage, témoigne d'une incroyable faiblesse pour les termes inconnus et difficilement compréhensibles, pour les "grands mots" ... »

L’animus de chacun n’est donc pas qu’un reliquat d’une mémoire transmise par la patrimoine génétique. Naturellement, c’en est un aspect, mais celui-ci impacte sur la personne, le modelant inconsciemment, et le connectant finalement avec son ancêtre. Desmond s'efface ainsi.

II- … pendant que l’Aigle tue

Altaïr Ibn La-Ahad (“Fils de personne”)
Âge : 25
Poids : 77 kg
Taille : 1.82 m
Nationalité : Inconnue
Histoire personnelle : On sait peu de choses d’Altaïr et des Assassins pour lesquels il travaillait.
Traits de caractère : Discipliné, déterminé, intrépide.

Le profil défini par Lucy permet de comprendre un peu mieux qui est Altaïr. Dans un premier temps, son patronyme Ibn La-Ahad qui se traduit par « Fils de personne », ce qui indique sans doute qu’il n’est autre qu’orphelin. Un statut qui l’a naturellement conduit aux Assassins. En effet, on peut supputer qu’il fut repéré par un membre de la confrérie assassine dans son enfance, et que celui-ci choisit de l’amener parmi ses pairs, lui offrant protection, une nouvelle vie, et surtout, un avenir. Compte tenu de la démographie de l’époque dans la région, un orphelin avait peu de chances de survivre… Et pénétrer la secte des Assassins lui permit de survivre.

Mais une autre hypothèse peut être retenue : en effet, il est possible qu’il évolua dans une famille jusqu’à l’âge de travailler, qu’il apprit un métier, et qu’il finit par être repéré par les Assassins avant d’intégrer leur communauté, rejetant alors tout lien avec son passé, en commençant par son nom.

Le « Fils de personne » est aussi attaché à l’aigle. Son comportement observateur et prédateur, sa manière de s’approcher d’une proie en sont les caractères les plus proches. L’aigle est un grand rapace planeur, diurne, des aspects qui évoquent les agissements d’Altaïr quand il approche une proie, en évoluant sur les toits, et ce, toujours de jour. L’assassin dispose aussi d’une vue perçante, qui lui permet de repérer sa prochaine victime à distance, évoquant ainsi l’aigle qui peut se préparer à attaquer une proie en la repérant à 500 mètres. D’ailleurs, lorsque la barre de synchronisation du sujet atteint 100%, la vue de Desmond quand il incarne son ancêtre se double de la Vision d’aigle. Dans ces moments de synchronisation parfaite, l’Animus devient capable d’interpréter et d’afficher ce que l’intuition exceptionnelle d’Altaïr lui permettait de percevoir alors. Ainsi, l’Animus retranscrit ces informations via des codes de couleur. Ainsi, le rouge désigne les soldats, le bleu, les alliés, le blanc, les civils ayant en leur possession des informations nécessaires à la quête d’Altaïr, et le doré, les cibles à assassiner. Aussi Altaïr joue-t-il de manière flagrante avec cette symbolique, notamment avec sa capuche, qui, de profil, lui confère l’apparence du rapace.

Il y a aussi son nom… Altaïr, nom de l’étoile la plus brillante de la constellation de l’aigle. C’est par ailleurs une étoile blanche, le blanc s’imposant comme la couleur dominante dans le costume de l’Assassin. Mais c’est aussi une étoile binaire, qui peut révéler indirectement la nature double de ce protagoniste, puisque l’Altaïr qui évolue au cœur d’Assassin’s Creed est également Desmond… Deux esprits dans un seul corps, un binôme a priori antinomique qu’il reste important de préciser. Aussi, si on ignore encore si ce nom a influencé son comportement ou si son comportement l’a poussé à choisir ce nom, ce qui est sûr, c’est qu’il joue sur cette analogie.

Aussi, à présent, Altaïr attend. Il attend, patiemment, assurément. Il est déterminé. Déterminé à accomplir sa mission. Assassiner ce dignitaire qui ordonne la mise à mort d’innocents sur la potence… Altaïr est là. Il frappe.

INCARNEZ UN MAÎTRE ASSASSIN

Jérusalem, 1191 ap. J.C., au cœur de la Troisième Croisade.

Les rues débordent d’activité, mais il ne vous faudra que quelques secondes pour y semer le chaos… vous, Altaïr, redoutable membre du clan des Assassins.

Desmond se familiarise avec Altaïr, mais rapidement, il fait la connaissance d'un autre de ses ancêtres...

III- Ezio, le fantôme de Venise

U
n autre aigle.

Une autre époque
.

V
oici EZIO AUDITORE DE FIRENZE.

Ce jeune homme est également un assassin, comme Altaïr avant lui. Cependant, il évolue loin du contexte des Croisades, puisqu'il vécut pendant la Renaissance, et agit notamment en 1476 dans la ville de Venise. Peu d'informations ont filtrées à son sujet, mais ce qui est sûr, c'est qu'il est un autre avatar de Desmond Miles, qui appartient à la noblesse de Florence. Toutefois, bien qu'assassin, il ne semble pas avoir l'annulaire coupé comme l'avaient jadis les membres de sa secte lors des Croisades.

Par ailleurs, on note que les remarques sur l'apparence d'Altaïr restent valables pour Ezio: tout de blanc vêtu, associé à l'aigle, il progresse en silence, et frappe sans prévenir en se servant de ses deux lames rétractables. Il fut remarqué à l'époque pour avoir utilisé les fameuses Ailes de Vinci, conçues alors par Léonard de Vinci, des ailes qui lui permettaient de planer pour fondre sur ses proies. De Vinci était entre autres un allié de la famille Auditores, celui chargé de mettre au point les inventions destinées aux différents assassinants. De même, Machiavel intervient dans l'élaboration des plans pour les mises à mort.

Autre temps, autres méthodes... Ezio est le nouveau prédateur.


Prochainement : [MULTIVERSE] - Assassin’s Creed, part III : Croisades

A VOIR
Site Internet
Le Site officiel d'Assassin's Creed
Jeux vidéo
Assassin's Creed, Ubisoft, 2007
Assassin's Creed 2, Ubisoft, 2009
Assassin's Creed: Altaïr's Chronicles, Ubisoft, 2008


A PARTAGER
Bookmark and Share

0 commentaires: