vendredi 24 avril 2009

[DEMIURGE] - D: Asagi, visual kei & gothique flamboyant



[DEMIURGE] - D: Asagi, visual kei & gothique flamboyant

visual kei
le visual est un genre underground de rock japonais apparu dans les années 1980, où l'esthétique du groupe et le concept apparaissent aussi important que la musique elle-même.

D. Tel est le nom du groupe de VISUAL KEI aux compositions portées par la voix envoutante d’ASAGI. Ils s’imposent depuis 2003 grâce à leur discographie originale, jouant sur un habile compromis entre le son brut, agressif et glacial du métal, et des mélodies complexes, plus calmes, et portées par le chant. A côté de leur musique, il faut aussi retenir leur esthétique orientée vers le gothique dont ils exploitent les codes avec attention. En découle un résultat original, et véritablement intéressant.

D

Si D n’a été créé qu’en 2003, ses membres ont débuté leur carrière bien avant. Ainsi, ASAGI, RUIZA et SIN jouaient ensemble dans le groupe Syndrome jusqu'à sa séparation en 2002. Tous trois ont alors souhaité continuer leur chemin ensemble et se sont associés à RENA et HIROKI pour fonder D. C’est ainsi qu’ils donnent leur premier concert en avril 2003, et sont amenés à participer au Shock Jam 2003 aux côtés d'autres figures du visual kei comme LAREINE, KAGRRA ou NIGHTMARE. Aussi, en juillet, ils sortent finalement leur premier mini-album intitulé New Blood. Malgré leur succès, SIN choisit de quitter D. Parallèlement, RUIZA est hospitalisé. Les deux guitaristes sont alors remplacés temporairement:TETSU et HIDE-ZOU leur succèdent donc, mais D choisit un autre nom pour marquer ce changement, NIGHT OF THE CHILDREN.

Asagi. La voix de D.

Quelques mois plus tard, RUIZA retrouve les membres de son groupe alors que TETSU le quitte, et qu’HIDE-ZOU en devient membre officiel. Le 27 novembre, D revient donc sur le devant de la scène avec un concert solo au Meguro Rock Maykan, Believe or not Believe, au cours duquel ils distribuent leur single Alice.

En 2004, la sortie du mini-album Paradox confirme leur succès : il se trouve en effet rapidement épuisé et se place d’ailleurs au treizième rang dans l’Oricon.

Oricon
dérivé de l’anglais Original Confidence,
l’Oricon est une société japonaise fournissant les informations en relation avec l’industrie de la musique,
et notamment des classements annuels


En mai, ils sont appelés à jouer seuls sur scène Yume narishi kuuchuu teien, et offrent à cette occasion une cassette VHS. C’est six jours plus tard qu’ils lancent le single éponyme, une sortie qui connaît un succès encore plus grand, tant et si bien que le disque se classe cinquième dans l’ORICON Indies. Ils enchaînent alors les concerts, puis vendent dès novembre trois versions de leur nouveau single, Mayutsuki no Hitsugi. Ils rééditent ensuite New Blood en lui adjoignant le sous-titre Second Impact. Alors qu’ils poursuivent leur tournée, ils enregistrent Yami yori kurai doukoku no A CAPELLA to bara yori akai jounetsu no ARIA qui sort en juin 2005. Leur chanson titre est issue de la comédie musicale Phantom of the Opera, qui sera par ailleurs le nom du concert accompagnant ce single.

Asagi, sous le signe de la rose

RENA abandonne finalement le groupe alors qu’ils préparent leur premier album, THE NAME OF THE ROSE. C’est HIDE-ZOU qui le remplace à la basse, et la sortie le 28 septembre n’est finalement pas retardée. L’album s’impose comme une grande réussite. Dès la première track, DAY DREAM, on retrouve le style si particulier de D et la voix enchanteresse d’ASAGI. D participe à de nombreux concerts, notamment ceux du coupling tour aux côtés de D'SPAIRS RAY. Un festival est aussi organisé autour de la publication de MAD TEA PARTY, le magazine initié par D. Le 5 décembre, TSUNEHITO devient bassiste au sein de D, et HIDE-ZOU peut reprendre la guitare. Le même jour, un making-of du clip Sleeper est distribué gratuitement lors d’un concert. En février, ils enregistrent une nouvelle fois leur premier album avec TSUNEHITO et y ajoutent trois nouvelles chansons, pour une sortie le 8 février 2006 sous le nom The Name of the Rose tsuujou ban. S’en suivent en mai de nouvelles éditions de Yume narishi kuuchuu teien et de Paradox.

Bientôt, D sort son nouvel album, TAFEL ANATOMIE, alors qu’à côté, ASAGI et Ruiza commencent une carrière solo. CORVINUS, le single solo d’Asagi, s’impose comme une réussite totale, que ce soit avec le titre éponyme ou Unknown.

Corvinus, single solo d'Asagi

En mars 2007 paraît le premier DVD live de D, DVD intitulé D Tafel Anatomie TOUR 2006, et en mai sort le single Dearest You. En juin, D participe au 10e anniversaire du Takadanobaba AREA et au Fool's fest 07.

Avec leur nouveau single, Ouka saki some ni keri, ils assurent à partir de juillet une tournée de treize dates en solo, Neo Culture, une tournée qui s’achève pour un ultime concert en plein air à Tôkyô le 25 août. Sort alors un album live, Neo Culture - Beyond the World. S'en suivent de nouveaux lives, dont Follow Me en 2008. Il faut alors attendre 2009 pour qu'un nouveau single sorte, Snow White, dont la pochette reprend les codes graphiques attachés au mythe de Blanche-Neige, à commencer par la pomme rouge.

Asagi, inspiré par Blanche-Neige, pour l'album Snow White

Finalement, en 2009, après trois ans d'attente, un nouvel album a vu le jour: GENETIC WORLD. Pour ce disque, le groupe, étant passé major, a choisi de s'ouvrir au grand public en s'orientant davantage vers le neo-metal. Birth, premier single de l'album, s'est imposé véritablement comme un tube, entre autre grâce à son utilisation habile du violon et son refrain enivrant. Mais le titre qui exprime le mieux l'évolution du groupe, c'est Colosseo, qui s'ouvre avec une introduction épique avant de virer sur un rythme acéré à la guitare. En découle un album original, qui atteste de la volonté de D de s'imposer comme l'un des groupes de visual les plus brillants depuis des années.

Les membres de D, ou l'expression du gothique flamboyant

A VOIR
Site Internet
Le Site officiel de D
DVD
D, Tafel Anatomie TOUR 2006, 2007 (live)
D, Follow Me, 2008 (live)
D, D Tour 2008 - Alice in Dark Edge, 2009
Albums
D, The Name of the Rose, 2005
D, The Name of the Rose Tsuujou ban, 2006
D, Tafel Anatomie, 2006
D, Neo Culture - Beyond the World, 2007 (live)

D, D Tour 2008 - Alice in Dark Edge, 2009
D, Genetic World, 2009
Mini-albums
D, New Blood, 2003
D, Paradox, 2004
D, New Blood – Second Impact, 2004
D, Paradox 2006, 2006

Singles
Asagi, Corvinus, 2006
D, Alice, 2003
D, Yume narishi kuuchuu teien, 2004
D, Mayutsuki no hitsugi, 2004
D, Shiroi yoru, 2005
D, Mahiru no koe - Synchronicity, 2006
D, Yami yori kurai doukoku no A CAPPELLA to bara yori akai jounetsu no ARIA, 2005
D, Yumenarishi kuuchuu teien, 2006
D, Taiyou wo okuru hi, 2006
D, Dearest You, 2007
D, Ouka saki some ni keri, 2007
D, Schwarzschild, 2007
D, Snow White, 2009


A PARTAGER
Bookmark and Share

[IMAGO MUNDI] - ROSSBACH Jean-Sébastien, Kabuki, la poupée cassée

[IMAGO MUNDI] - ROSSBACH Jean-Sébastien, Kabuki, la poupée cassée

Jean-Sébastien ROSSBACH, en parfait autodidacte, éprouve encore une fois les frontières entre photographie et illustration avec KABUKI, un photo-montage s'encrant dans un monde décadent. Créature difforme, Kabuki, cette étrange poupée, est à l'origine Rachelle, le modèle du photographe. A partir d'une simple photo accentuant l'arrondi des formes grâce à un objectif 28mm, le photographe parvient à réaliser une illustration dérangeante par l'entremise de l'outil numérique.

Tous les secrets de sa création sont détaillés par ROSSBACH lui-même sur le site Lueurs captives.

Kabuki, la broken doll

"Souvent j'aime laisser entrevoir dans mes images qu'elles sont à double tranchant, qu'elles recellent un message caché. Kabuki ne déroge pas à cette règle. J'ai placé sur le torse de ma poupée une marque rouge, sorte de pictogramme vaguement japanisant. La position de ses mains laisse à penser que quelque chose d'assourdissant la gêne, d'ailleurs des lettres sortent de son oreille signifiant évidemment le langage de façon symbolique. Ces lettres plus le pictogramme réunis forment le mot Kabuki. Quelle signification apporter à tout cela ? J'ai la mienne, à vous de trouver la votre."
Jean-Sébastien ROSSBACH expliquant la genèse de Kabuki

A VOIR
Living Rope, blog de Jean-Sébastien ROSSBACH
Kabuki, par Jean-Sébastien ROSSBACH, sur Lueurs captives - Secrets de photographes


A PARTAGER
Bookmark and Share

vendredi 17 avril 2009

[ERGO SUM] - URUSHIBARA Yuki, Mushishi : Ginko, le Maître des Insectes


[ERGO SUM] - URUSHIBARA Yuki, Mushishi : Ginko, le Maître des Insectes

« Ces êtres tenus pour tout à fait lointains… ces êtres apparemment inférieurs, étranges, totalement différents des animaux et des végétaux familiers… les hommes qui les redoudent depuis les temps anciens les appellent MUSHI. »

MUSHISHI, à l'origine Mushi-Shi, littéralement "le Maître des Insectes," est un terme qui s’attache à décrire GINKO, personnage principal du manga éponyme écrit et illustré par la talentueuse mangaka Yuki URUSHIBARA. C'est depuis 1999 que Mushishi est prépublié dans le magazine Afternoon de la Kôdansha, et si son succès ne démérite pas, c'est sans doute à cause de son ambiance unique et de son héros.

D'une certaine façon, la manière dont Yuki URUSHIBARA aborde la tradition dans sa série la rapproche beaucoup du célèbre Shigeru MIZUKI, la différence principale étant dans le traitement de l'histoire. Toutefois, d'une certaine façon, les mushi s'imposent naturellement comme l'équivalent des yokai chers au créateur de Kitaro. Il faut voir que le contexte dans lequel prend place l'histoire de Ginko est volontairement flou, ce qui est aussi une manière d'évoquer la tradition japonaise sans pour autant s'y circonscrire: néanmoins, l'atmosphère reste similaire, avec cette impression que les hommes vivent dans un monde où des créatures vivent dans l'invisible...

Ginko au milieu de la nature, dans un wallpaper pour la version DS du jeu adaptant le manga

Ginko, héros atypique marqué essentiellement par son caractère flegmatique, est un guérisseur itinérant, qui se laisse porter par le hasard, et enquête au fil de ses pérégrinations sur des affaires mystérieuses ayant trait aux MUSHI.

« Tout ce que tu as dessiné, ce sont des mushi. Mais cela n’a rien à voir avec les insectes ou les reptiles. Pour t’expliquer, en gros, si les quatre doigts de cette main représentent le règne animal, et le pouce, le règne végétal, alors l’être humain se trouve sans doute ici, à l’extrémité du majeur, le doigt le plus éloigné du cœur. Quand on descend vers la paume, on arrive dans les classes de formes de vie les plus primitives. En arrivant au poignet, les vaisseaux sanguins se regroupent. C’est le niveau des bactéries et des micro-organismes. Arrivé à ce stade, il devient difficile de distinguer l’animal du végétal. Pourtant, en allant plus loin, on découvre encore d’autres choses . On remonte le bras, on passe l’épaule… et c’est sans doute quand on arrive à peu près ici [le coeur] que l’on trouve ce que l’on nomme mushi ou encore « choses vertes ». Ces choses sont très proches de l’essence de la vie elle-même. Plus on s’en approche, plus il devient difficile de percevoir leur apparence ou leur existence. Il y a deux catégories d’humains : ceux qui peuvent voir les mushi et ceux qui ne le peuvent. »
Ginko explique au petit Shinro Ioroi l'essence des êtres appelés mushi

Les mushi... ce sont des organismes de l’invisible, supposées être à l’origine de toutes les autres formes de vies. Ces êtres vivent dans le corps des humains, quelques fois pour les guider, mais souvent pour leur nuire, comme par exemple quand une petite fille est aveugle à cause de ces créatures, et qu'elle recouvre la vue après l'intervention du guérisseur.

Un guérisseur ?

En effet, Ginko peut guérir les personnes frappées par les mushi: de fait, il est est l’un des rares humains ayant la capacité de les voir : aussi, il s'est donné pour mission de traquer ces créatures afin de permettre à leurs hôtes de vivre en paix.

« On appelle «sens du surnaturel» la faculté de saisir ce que l’on a du mal à percevoir avec les cinq sens. »
Ginko évoquant son pouvoir

Comme à ses habitudes, Ginko sort de nulle part pour aider les victimes des mushi

Dix volumes compulsant des histoires courtes permettent de faire connaissance avec Ginko, seul élément récurrent du manga avec les mushi : en effet, même l'époque semble fluctuante dans Mushishi.

L
e héros d'URUSHIBARA évolue en effet à une époque indéterminée du Japon, l'auteur précisant bien que le premier épisode de son histoire était supposé se dérouler à l'époque moderne, mais que la suite l'a amenée à relativiser cette idée: de fait, selon ses propres mots, elle « n'a pas déterminé d'époque fixe. Pour certains, il s'agit de l'époque où le Japon avait fermé ses frontières aux étrangers. Pour d'autres, d'une époque imaginaire, à mi-chemin entre Edo (1616-1867) et Meiji (1868-1912).»
Note de l'auteur à la fin du tome # 1 de Mushishi

Très proche de la nature qu'il respecte par-dessus tout, il n'en est pas moins attaché à l'humanité qu'il tente de protéger de l'emprise de certains mushi. Il est vrai que les personnes qu'il croise doutent souvent de ses capacités, et son apparence n'y est peut-être pas pour rien: en effet, il erre pieds nus, sans bagages, et se montre toujours en train de fumer. Cependant, il parvient la plupart du temps à résoudre les affaires sans mal, car il a une connaissance encyclopédique de l'univers de mushi. Aussi, en bon guérisseur, il sait quel remède appliquer à son patient pour le libérer et lui permettre de retrouver une vie normale.

Ginko s'impose donc comme un personnage original: de prime abord, il semble difficile de s'attacher à lui, mais son altruisme et son calme le rendent foncièrement appréciable. Le fait qu'il n'ait aucune attache, qu'il vienne en aide aux autres sans jamais être intéressé, en font un marginal aux motivations troubles. Cependant, c'est quand il enquête et détermine les maux de ses patients que son cœur s'ouvre, et que les personnages, en même temps que le lecteur, apprennent à le connaître réellement.

A VOIR
URUSHIBARA Yuki, Mushishi # 1, 2007, Kana
URUSHIBARA Yuki, Mushishi # 2, 2007, Kana
URUSHIBARA Yuki, Mushishi # 3, 2007, Kana
URUSHIBARA Yuki, Mushishi # 4, 2007, Kana
URUSHIBARA Yuki, Mushishi # 5, 2007, Kana
URUSHIBARA Yuki, Mushishi # 6, 2008, Kana
URUSHIBARA Yuki, Mushishi # 7, 2008, Kana
URUSHIBARA Yuki, Mushishi # 8, 2008, Kana
URUSHIBARA Yuki, Mushishi # 9, 2008, Kana
URUSHIBARA Yuki, Mushishi # 10, 2009, Kana

A PARTAGER
Bookmark and Share

vendredi 10 avril 2009

[MULTIVERSE] - Assassin’s Creed, part II : De la dichotomie de l’âme, Desmond Miles/Altaïr... et Ezio

[MULTIVERSE] - Assassin’s Creed, part II : De la dichotomie de l’âme, Desmond Miles/Altaïr... et Ezio

07/09/12

De : Lucy Stillman
A : Dr Warren Vidic
Objet: Re: Fonctionnement de l’Animus et nouveau sujet
Pièces jointes : Commandes Animus & Feedback.txt

Warren,

Comme vous me l’avez demandé au cours de notre dernière réunion hebdomadaire, j’ai commencé à rédiger les documents concernant le sujet n°17, Desmond Miles, et son ancêtre Altaïr (né vers 1165 – date de décès inconnue).

Vous trouverez ci-joint un document non-finalisé sur les commandes de l’Animus et le système de feedback, en vue de la présentation de levant le conseil d’administration, la semaine prochaine. Vos commentaires sont les bienvenus.

Cordialement,

Lucy


I- Le Démon qui dort…

Sujet n°17

Desmond Miles
Âge : 25 ans
Poids : 77 kg
Taille : 1.82 m
Groupe sanguin : A+
Nationalité : Américaine
Traits de caractère : Indépendant, introverti et sur la défensive, Desmond accorde difficilement sa confiance. Il a eu des parents très protecteurs, qui le gardaient dans le cocon de sa communauté, estimant que c’était dans son intérêt. Il a passé ces neufs dernières années loin des grandes villes et de la civilisation. Il dissimule ses pensées et ses émotions derrière un mur de cynisme.

Il ne sera pas facile de travailler avec lui. – Lucy

« Les hommes sur qui l'animus est le plus susceptible de se projeter, les plus aptes par suite à servir de réceptacle à la projection de l'animus, devront être d'un genre tel que la femme en mal de projection puisse y voir une réédition vivante du Bon Dieu, des hommes qui savent tout, qui comprennent tout ; ou bien il s'agira de novateurs méconnus, disposant de grands charmes rhétoriques où l'humain trop humain ne s'entrelacera que trop fréquemment avec une terminologie pompeuse, du genre "du vécu créateur". »

Carl Gustav JUNG, Dialectique du moi et de l’inconscient

Cette citation issue de l’œuvre de JUNG ne concerne a priori pas Assassin’s Creed. Néanmoins, il reste possible d’en tirer le substrat nécessaire à l’appréhension du mystérieux personnage qu’est Desmond Miles. En effet, elle montre que les projections de l’animus ne concernent que certaines personnes qui sont aptes à cette expérience, un vérité qui semble applicable pour les projections de l’Animus, la machine qui permet aux scientifiques d’Abstergo de s’immiscer dans la mémoire de leur sujet. Desmond n’a ainsi pas été choisi au hasard, tout comme ses pairs. On sait qu’il est le descendant d’un assassin du XIIe siècle, et qu’il a hérité lui-même de ses qualités... Cependant, il se montre avare à ce sujet, et peu d’informations ont réellement filtrées. Il n’en reste pas moins le fait que c’est pour cet héritage que les Néo-Templiers l’ont suivi et ont fini par le capturer afin de le placer entre les mains de Warren Vidic et Lucy Stillman.

Ce séjour entre les mains de l’ennemi permet à peine de caractériser Desmond Miles : c’est un homme jeune, athlétique, qui sait néanmoins se maîtriser, ne distillant que peu d’informations aux dépens d’une observation permanente des personnes et des lieux. Ainsi, peu après son arrivée dans le laboratoire, il en profite pour repérer les caméras de surveillance, mais surtout pour s’emparer du stylo de Vidic, stylo qui n’est autre qu’une clé d’accès à son ordinateur, ce qui lui permettra entre autre d’en savoir plus sur le projet de ses geôliers. Surtout, on note qu’il ne tente rien pour échapper à l’ennemi, alors qu’il est naturellement doué pour le combat puisqu’il a grandi dans une ferme où vivait une petite communauté liée aux Assassins avant de fuir pour découvrir le monde et devenir tenancier de bar. Mais de toutes évidences, il sait que toute tentative serait vaine. Et de toutes façons, pour Vidic, Desmond Miles ne compte pas vraiment… seul compte son ascendant, Altaïr.

En effet, l’Animus permet de se servir de la mémoire collective enfouie dans l’esprit du patient. Ainsi JUNG évoquait ainsi ce qu’implique une projection de l’animus :

« Car ce serait en effet caractériser insuffisamment l'animus que de n'y voir qu'une manière de conscience collective conservatrice : l'animus est aussi un novateur qui, tout à l'opposé de ses opinions codifiées par l'usage, témoigne d'une incroyable faiblesse pour les termes inconnus et difficilement compréhensibles, pour les "grands mots" ... »

L’animus de chacun n’est donc pas qu’un reliquat d’une mémoire transmise par la patrimoine génétique. Naturellement, c’en est un aspect, mais celui-ci impacte sur la personne, le modelant inconsciemment, et le connectant finalement avec son ancêtre. Desmond s'efface ainsi.

II- … pendant que l’Aigle tue

Altaïr Ibn La-Ahad (“Fils de personne”)
Âge : 25
Poids : 77 kg
Taille : 1.82 m
Nationalité : Inconnue
Histoire personnelle : On sait peu de choses d’Altaïr et des Assassins pour lesquels il travaillait.
Traits de caractère : Discipliné, déterminé, intrépide.

Le profil défini par Lucy permet de comprendre un peu mieux qui est Altaïr. Dans un premier temps, son patronyme Ibn La-Ahad qui se traduit par « Fils de personne », ce qui indique sans doute qu’il n’est autre qu’orphelin. Un statut qui l’a naturellement conduit aux Assassins. En effet, on peut supputer qu’il fut repéré par un membre de la confrérie assassine dans son enfance, et que celui-ci choisit de l’amener parmi ses pairs, lui offrant protection, une nouvelle vie, et surtout, un avenir. Compte tenu de la démographie de l’époque dans la région, un orphelin avait peu de chances de survivre… Et pénétrer la secte des Assassins lui permit de survivre.

Mais une autre hypothèse peut être retenue : en effet, il est possible qu’il évolua dans une famille jusqu’à l’âge de travailler, qu’il apprit un métier, et qu’il finit par être repéré par les Assassins avant d’intégrer leur communauté, rejetant alors tout lien avec son passé, en commençant par son nom.

Le « Fils de personne » est aussi attaché à l’aigle. Son comportement observateur et prédateur, sa manière de s’approcher d’une proie en sont les caractères les plus proches. L’aigle est un grand rapace planeur, diurne, des aspects qui évoquent les agissements d’Altaïr quand il approche une proie, en évoluant sur les toits, et ce, toujours de jour. L’assassin dispose aussi d’une vue perçante, qui lui permet de repérer sa prochaine victime à distance, évoquant ainsi l’aigle qui peut se préparer à attaquer une proie en la repérant à 500 mètres. D’ailleurs, lorsque la barre de synchronisation du sujet atteint 100%, la vue de Desmond quand il incarne son ancêtre se double de la Vision d’aigle. Dans ces moments de synchronisation parfaite, l’Animus devient capable d’interpréter et d’afficher ce que l’intuition exceptionnelle d’Altaïr lui permettait de percevoir alors. Ainsi, l’Animus retranscrit ces informations via des codes de couleur. Ainsi, le rouge désigne les soldats, le bleu, les alliés, le blanc, les civils ayant en leur possession des informations nécessaires à la quête d’Altaïr, et le doré, les cibles à assassiner. Aussi Altaïr joue-t-il de manière flagrante avec cette symbolique, notamment avec sa capuche, qui, de profil, lui confère l’apparence du rapace.

Il y a aussi son nom… Altaïr, nom de l’étoile la plus brillante de la constellation de l’aigle. C’est par ailleurs une étoile blanche, le blanc s’imposant comme la couleur dominante dans le costume de l’Assassin. Mais c’est aussi une étoile binaire, qui peut révéler indirectement la nature double de ce protagoniste, puisque l’Altaïr qui évolue au cœur d’Assassin’s Creed est également Desmond… Deux esprits dans un seul corps, un binôme a priori antinomique qu’il reste important de préciser. Aussi, si on ignore encore si ce nom a influencé son comportement ou si son comportement l’a poussé à choisir ce nom, ce qui est sûr, c’est qu’il joue sur cette analogie.

Aussi, à présent, Altaïr attend. Il attend, patiemment, assurément. Il est déterminé. Déterminé à accomplir sa mission. Assassiner ce dignitaire qui ordonne la mise à mort d’innocents sur la potence… Altaïr est là. Il frappe.

INCARNEZ UN MAÎTRE ASSASSIN

Jérusalem, 1191 ap. J.C., au cœur de la Troisième Croisade.

Les rues débordent d’activité, mais il ne vous faudra que quelques secondes pour y semer le chaos… vous, Altaïr, redoutable membre du clan des Assassins.

Desmond se familiarise avec Altaïr, mais rapidement, il fait la connaissance d'un autre de ses ancêtres...

III- Ezio, le fantôme de Venise

U
n autre aigle.

Une autre époque
.

V
oici EZIO AUDITORE DE FIRENZE.

Ce jeune homme est également un assassin, comme Altaïr avant lui. Cependant, il évolue loin du contexte des Croisades, puisqu'il vécut pendant la Renaissance, et agit notamment en 1476 dans la ville de Venise. Peu d'informations ont filtrées à son sujet, mais ce qui est sûr, c'est qu'il est un autre avatar de Desmond Miles, qui appartient à la noblesse de Florence. Toutefois, bien qu'assassin, il ne semble pas avoir l'annulaire coupé comme l'avaient jadis les membres de sa secte lors des Croisades.

Par ailleurs, on note que les remarques sur l'apparence d'Altaïr restent valables pour Ezio: tout de blanc vêtu, associé à l'aigle, il progresse en silence, et frappe sans prévenir en se servant de ses deux lames rétractables. Il fut remarqué à l'époque pour avoir utilisé les fameuses Ailes de Vinci, conçues alors par Léonard de Vinci, des ailes qui lui permettaient de planer pour fondre sur ses proies. De Vinci était entre autres un allié de la famille Auditores, celui chargé de mettre au point les inventions destinées aux différents assassinants. De même, Machiavel intervient dans l'élaboration des plans pour les mises à mort.

Autre temps, autres méthodes... Ezio est le nouveau prédateur.


Prochainement : [MULTIVERSE] - Assassin’s Creed, part III : Croisades

A VOIR
Site Internet
Le Site officiel d'Assassin's Creed
Jeux vidéo
Assassin's Creed, Ubisoft, 2007
Assassin's Creed 2, Ubisoft, 2009
Assassin's Creed: Altaïr's Chronicles, Ubisoft, 2008


A PARTAGER
Bookmark and Share

vendredi 3 avril 2009

[MYTHOS] - Le Kemono, ou l’emprise de l’anthropomorphisme sur l’art nippon


[MYTHOS] - Le Kemono, ou l’emprise de l’anthropomorphisme sur l’art nippon


Le KEMONO (qui signifie « bête ») est une forme artistique japonaise qui met en scène des animaux en lieu et place des humains, suivant une pratique anthropomorphique. Ces personnages à forme humaine sont souvent appelés JÛJIN, et parfois KEMONOBITO (« bête humaine, thérianthrope »). Anthropomorphes, ces Jûjin sont dotés de traits animaux, mais ils outrepassent en général leur apparence et agissent comme des humains à part entière. C’est d’ailleurs dans des situations typiquement humaines qu’ils sont représentés la plupart du temps, ce qui témoigne d’une volonté anthropomorphique poussée.

anthropomorphisme
l’anthropomorphisme est l’attribution de caractéristiques comportementales ou morphologiques typiquement humaines à d’autres formes de vie, voire à des objets ou des idées

Le Kemono-Taiheiki, une œuvre figurant des personnages anthropomorphisés

Ainsi, le Kemono-Taiheiki, une œuvre traditionnelle de la période Muromachi (1336-1573), figure des animaux anthropomorphes, notamment un lapin samurai qui n’est pas sans rappeler Usagi Miyamoto de l’œuvre Usagi Yojimbo créée par Stan SAKAI. Il faut voir en effet que le kemono pèse de tout son poids dans la pop-culture japonaise, et que les Jûjin sont très présents dans les jeux vidéo, anime et manga. Le kemono a ainsi donné naissance au kemonomimi, qui se traduit littéralement par « oreilles d’animal », un mouvement qui décrit les parures animales (oreille et queue par exemple) que revêtent certaines personnes.

emaki
système de narration horizontale illustré

Une scène du Chôjû-Giga

Quoi qu’il en soit, le kemono a profondément marqué l’art japonais, et ce jusqu’à aujourd’hui. On peut citer l’exemple du CHÔJÛ-GIGA, ou Caricature de la faune, que l’on connaît aussi sous le nom CHÔJÛ-JINBUTSU-GIGA, ou Caricature de personnages de la faune, un ensemble d’emakimono du XIIe siècle qui appartient au temple Kôzan-Ji de Kyôto. L’œuvre est traditionnellement attribuée au moine Kakuyû (1053-1140), plus connu sous son titre honorifique Toba Sôjô. Le premier rouleau de ces emaki représente des animaux (grenouilles, lapins ou singes), batifolant comme s’ils étaient humains, reprenant là les grands poncifs du kemono. A noter que ce rouleau, tout comme le deuxième (sur les quatre que comporte l’œuvre) sont conservés actuellement au Musée National de Tôkyô et sont classés Trésor National.

Usagi Yojimbo, une oeuvre constituant un parfait exemple du kemono contemporain

A VOIR
FANG, communauté japonaise des fans de kemono
SAKAI Stan, Usagi Yojimbo, Paquet, 2005

A PARTAGER
Bookmark and Share

[ARS MAGNA] - TURNER Michael & JOHNS Geoff, Ekos, Aspen Comics

[ARS MAGNA] - TURNER Michael & JOHNS Geoff, Ekos, Aspen Comics

« Ekos. Depuis sa création, rien n’a changé. Personne ici n’y tient. »

EKOS est un comic-book américain né de l’imagination de l'artiste Michael TURNER. Pour l'occasion, il s’est adjoint les services de Geoff JOHNS (JSA, Avengers) afin de travailler sur le scénario, lui-même se contentant de la partie illustration et des grandes idées. Ekos est alors un titre important pour l'auteur: en effet, à l’origine, Michael TURNER avait annoncé en février 2003 qu’il quittait Top Cow Productions afin de créer Aspen Entertainment, un nouveau studio au sein duquel il comptait développer son oeuvre phare, FATHOM, ainsi que deux nouveaux projets : DRAGONFLY : SOULFIRE et EKOS.

Couverture exclusive pour Piitsburgh, par Michael TURNER

Cependant, indécis quant au comic-book qu’il publierait en premier, Michael TURNER a décidé de faire voter les fans sur le site www.wizarduniverse.com afin de choisir lequel des deux titres sortirait le premier dans les bacs.

« J’aime tellement le concept de ces deux séries que je ne me voyais pas annuler l’un d’entre eux. Le moyen le plus simple de prendre une décision était alors de demander l’avis des fans. En d’autres termes, je laisse mon destin entre leurs mains. »
Michael TURNER

C’est ainsi qu’après avoir lu la preview des deux séries, les lecteurs américains ont fait leur choix et privilégié Dragonfly : Soulfire, dont la publication débuta alors en 2004, Jeph LOEB (Batman, Wolverine, Ultimatum) s’occupant du scénario, et Michael TURNER, du dessin.

La couverture de la preview d'Ekos par Michael TURNER

D’Ekos, il restait qu'une preview de six pages. De fait, le décès malencontreux de Michael TURNER en juin 2008 a probablement condamné la série, mais les éléments révélés jusque-là permettent néanmoins de revenir sur ce projet ambitieux.

La planète Ekos, dévoilée dès la première page de preview, par Michael TURNER

« Ekos se déroule dans un monde où la ségrégation est devenue un mode de vie. Tous les habitants vivent indépendamment les uns des autres, mais ils décident soudainement d’unir leurs forces en prévision d’une invasion extraterrestre. »
Geoff JOHNS à propos de l'univers d'Ekos

Ekos. Une planète paisible, dont les autochtones vivent en harmonie avec la nature. Chacune des races qui s’y est développée vit en autarcie, lassée des conflits ancestraux. Elles restent isolées. Certaines vivent recluses dans les déserts. D’autres sur les falaises, au contact de l’eau…C’est à ce dernier peuple qu’appartient le jeune GRELL, un humanoïde un peu naïf, qui voit sa paix troublée le jour où il rend visite à son vieil ami Zenn…

Deuxième page de la preview d'Ekos par Michael TURNER: on y découvre Grell, insouciant

Au contact d’une Fleur de Boko, qui ne fleurit que quand le soleil est au plus haut, il reçoit une vision. Chaque jour, il vient à la rencontre du vieillard pour cette prédiction. Chaque jour, la vision est la même. Mais cette fois, Zenn perçoit une différence: les étoiles, qu'il oberserve en permanence, ont annoncé du changement. Et ce présentiment se concrétise quand Grell est frappé par une vision d’apocalypse. Il assiste ainsi impuissant à la mort de tous les peuples, d'Ekos, massacrés par le feu destructeur d’étranges vaisseaux venus de l’espace. Et c’est à ce moment qu’il découvre le visage de l’envahisseur : celui d’un homme... celui d'un humain.

L'homme, responsable de l'apocalypse sur Ekos

« Le héros de la série est Grell, un être considéré par ses pairs comme un devin pour la simple et bonne raison qu’il a eu une vision de cette invasion. »
Geoff JOHNS à propos d’Ekos

Grell prend conscience qu’il doit prévenir tous les peuples d’Ekos de l’invasion extraterrestre. Il sait qu’il doit partir, et dire que le monde va changer.

Ce qui frappe, dans ces six pages, c'est surtout la révélation de l'identité de l'envahisseur: un homme humain. TURNER a fait le pari de faire des hommes les ennemis venant ravager Ekos et détruire la tranquilité de ce monde. Les hommes, arrogants, intouchables, se servent de leur technologie de pointe pour venir sur ce monde où les peuples respectent la nature et se respectent entre eux. Le reste est très commun, mais cet élément presque transgressif laisse penser que l'auteur avait une idée précise concernant le déroulement de son histoire.

Grell rend visite à Zenn pour recevoir sa vision

Grell reprend les poncifs de ce genre de récits: jeune, insouciant, il profite de la vie mais semble désappointé par la charge imposée par Zenn, comme le montre sa remarque quand il arrive en retard. Il reçoit ses visions et le vit comme un fardeau, tout comme son père avant lui. Mais Zenn est persuadé de l'utilité de cette mission: il observe sans relâche les astres qui préfigurent un changement, et le changement se produit. A partir de cet instant, Grell devient un prophète, et se doit de prévenir les races d'Ekos, et de les unir autour de lui, afin d'éviter la fin de leur monde. Son problème, c'est que les peuples de son monde vivent dans l'isolement le plus total, et refuseront sans doute de le suivre.

La suite de l'histoire était donc propice au développement du caractère de Grell, contraint malgré lui d'arpenter Ekos et de convaincre les autres de l'imminence du danger. Cette quête initiatique ne verra probablement pas le jour, mais le potentiel d'EKOS est clairement annoncé par la preview qu'a laissé Michael TURNER.

Sketch représentant Grell, par Michael TURNER
A VOIR
Le Site officiel d'Aspen MLT
Le Site officiel de Wizard
Wizard # 13, Panini Comics, 2003

Coming soon ? Probablement pas. RIP Michael.

A PARTAGER
Bookmark and Share