mardi 24 mars 2009

[DEMIURGE] - MIGNOLA Mike, le père d'Hellboy

[DEMIURGE] - MIGNOLA Mike, le père d'Hellboy

LES DEBUTS CHEZ MARVEL

Né le 16 septembre 1960 à Berkeley en Californie, Mike MIGNOLA se passionna très tôt pour le dessin et obtint en 1982 son diplôme à la Faculté des Beaux-Arts de Californie. Ce fut en 1983 qu’il débuta sa carrière en tant qu’illustrateur pour la maison d’édition Marvel. Ainsi travailla-t-il sur des séries régulières comme Daredevil, Power Man & Iron Fist et sur Alpha Flight, puis sur la mini série Rocket Raccoon. Il délaissa le travail de studio dès 1986 pour reprendre son indépendance.

Autoportrait de Mike MIGNOLA, qui apparaît intimement lié à Hellboy

LE TEMPS DE L’INDEPENDANCE

Après avoir travaillé dès 1987 sur Phantom Stranger et The World of Krypton pour DC Comics, on lui confia des travaux de plus grande envergure comme les couvertures de Batman : A Death in the Family et le dessin de Cosmic Odyssey, une mini-série en quatre épisodes mettant en scène un grand nombre de héros DC. Puis il travailla sur Gotham by Gaslight, un one-shot de 52 pages en noir et blanc où un Batman de l’Angleterre Victorienne devait faire face à Jack l’Eventreur, ce qui inspira à DC le concept d’ « Elseworlds ».

Au début de la décennie 1990, MIGNOLA est associé à nombre de projets pour DC et Marvel. Ainsi fut-il charger de mettre en images Wolverine : The Jungle Adventure de Walter SIMMONSON, où Logan était confronté à Apocalypse dans la jungle de la Terre Sauvage.

MIKE MIGNOLA ET LE CINEMA

« Je suis un grand fan des premiers films, surtout du premier, le meilleur. Je suis probablement le seul ici à préférer le premier au second, mais pour moi il est absolument impossible à surpasser. Voilà ce que je pense de la saga Alien : j’adore le premier, j’aime beaucoup le second, j’aime bien le troisième… et j’aime beaucoup moins le quatrième. Ce dont je me souviens, c’est d’avoir rencontré Dave GIBBONS à la convention de San Diego et l’un a dit à l’autre : « faisons ensemble un livre qui nous fasse gagner de l’argent » c’est, à la base, un livre que nous avons fait dans cette optique. A l’époque, les comics Aliens se vendaient bien, sans plus. Certains d’entre eux n’ont même jamais rapporté d’argent, mais on a choisi de travailler sur Alien car ça nous plaisait. Alors on s’est amusé à le faire et, sans être un best seller, il a tout de même rapporté pas mal d’argent ! (rires) »
Mike MIGNOLA répondant aux questions de Fred WETTA pour l’édition française d’Aliens : Salvation, parue en 2007 aux éditions Wetta

Passionné de cinéma, Mike MIGNOLA se vit offrir dans les années 1990 deux occasions de montrer son talent. Il fut donc désigné pour illustrer l’adaptation en comics de Bram Stocker’s Dracula pour Topp Comics, dans la mesure où il avait participé au chara-design et au storyboarding du film éponyme de Francis Ford COPPOLA.

Remarqué par Dark Horse Comics pour son trait de dessin, rugueux, sombre et dynamique, Mike MIGNOLA fut alors associé à Dave GIBBONS pour mettre en scène un épisode du comics Alien, baptisé Salvation. Ainsi en 1993 devait-il mettre en scène la quête de survie du capitaine du cargo spatial Nova Maru et de son acolyte Selkirk, traqués par les Xénomorphes sur une planète hostile. Une décennie plus tard, ce serait l’une de ses créations qui serait adaptée sur grand écran.

Un Alien terrifiant croqué par Mike MIGNOLA

BIENVENUE DANS LE MONDE DE LA FANTASY

Fafhrd et le Souricier Gris font connaissance lors d’une embuscade dans une ruelle sombre de la fabuleuse cité de Lankhmar. De cette rencontre improbable naîtra une amitié indéfectible entre les deux plus grands bretteurs que la Terre ait portés, qui les entraînera dans une vie de périls et d’aventures extraordinaires.
Fafhrd and the Gray Mouser, Marvel Epic, 1990

Son style original semble attirer les maisons d’édition qui vont lui confier l’illustration d’œuvres de fantasy, dont l’adaptation graphique du Cycle de Corum de Michael MOORCOCK, par le biais de The Chronicles of Corum. Pour Marvel Epic, il œuvra aux côtés d’Howard CHAYKIN et P.Craig RUSSEL sur Fafhrd and the Gray Mouser (d’après l’univers du Cycle des Epées créé par Fritz LEIBER) et pour DC, Ironwolf: Fires of the Revolution, une autre saga d’heroic fantasy, en réponse au succès de Conan chez Marvel.

HELLBOY

HELLBOY est le brillant exemple de ce qu’il faut faire pour hisser les bandes dessinées du futur à un niveau littéraire d’une plus grande qualité, tout en augmentant de façon croissante leur, déjà, prodigieux attrait. Son scénario combine concepts archaïques et cadres de référence modernes, le tout balayé transversalement par un traitement virtuose, par la grâce d’effets artistiques proprement époustouflants. […] L’approche créative de Hellboy est en soi un nouvel art, en plein développement, qui interpelle directement notre époque, en total synchronisme avec elle. Sans compter que sa lecture est mortelle !
Robert BLOCH, dans l’introduction de Hellboy: Seeds of Destruction

Hellboy, le fils de Mike MIGNOLA

Plébiscité autant par la critique que par le public, ce fut finalement en 1994 que Mike MIGNOLA connut son véritable succès avec la création d’Hellboy, dont il assura à la fois l’histoire et le dessin. Hellboy est devenu rapidement, avec le Sin City de Frank MILLER, l’un des piliers de la collection Legend de chez Dark Horse, et Mignola en a d’ailleurs dessiné le logo. Cette collection avait été créée par plusieurs auteurs comme John BYRNE et Arthur ADAMS afin de prendre une certaine distance vis à vis des gros éditeurs, comme le firent en 1992 Todd McFARLANE, Jim LEE, Erik LARSEN, Rob LIEFELD, Marc SILVESTRI, Whilce PORTACIO et Jim VALENTINO en fondant Image Comics.

« Enchaînés dans les cieux ils sont. Sept est leur nombre. Conçus dans les abysses chtoniens, ni mâles ni femelles, ils sont pareils au vent hurlant, qui ne connaît ni merci, ni pitié. Imperméables à la prière et aux supplications, ils sont le serpent. Ils sont la bête déchaînée, l’ouragan. Ils sont le vent mauvais, le souffle qui annonce la tempête maléfique. Ils sont enfants terrifiants, héraults de pestilence, piliers du trône d’Ereshigal. Ils sont la crue torrentueuse qui recouvre la glèbe. Sept dieux de pouvoir. Sept démons d’oppression. Sept au Firmament et sept sur la Terre. »
Raspoutine invoquant les sept dieux Ogdru Jahad dans une cérémonie qui amènera finalement Hellboy sur Terre (MIGNOLA Mike, Hellboy : Seeds of Destruction, 1994, Dark Horse Comics)

Hellboy, Anung Un Rama, la Bête de l'Apocalypse, par Mike MIGNOLA

L’histoire débute en 1944, lors de la Seconde Guerre Mondiale. Hellboy est un démon, invoqué dans le cadre du projet Ragna Rok par Grigori Raspoutine pour le compte de la Société de Thulé afin de changer l’issue du conflit. Mais l’invocation ne se déroule pas comme prévu, et l’enfant-démon est finalement recueilli et élevé par l’armée américaine. Adopté par Trevor Bruttenholm, il devient l’un des membres d’une agence spécialisée dans la lutte contre les activités paranormales, le B.P.R.D. (Bureau of Paranormal Research and Defense).

Une ambiance noire pour le démon rouge, par Mike MIGNOLA

Hellboy apparut pour la première fois en 1993 dans le San Tiago Comic-Con Comics # 2 et continue de faire l’objet de mini-séries en 2007 avec des dessins de Duncan FEGREDO, qui signe Hellboy: Darkness Calls, puis en 2008-2009, Hellboy : The Wild Hunt. C’est en 2003 que fut lancée le spin-off, B.P.R.D., que MIGNOLA ne fait que superviser, mais qui lui permet de développer les autres de ses personnages après le départ d’Hellboy, comme Abe Sapien, dont les origines sont dévoilées depuis B.P.R.D. : Plague of Frogs. Hellboy devint rapidement, toujours sous l’œil attentif de l’auteur, l’objet d’adaptations en roman, écrits pour un certain nombre par Christopher GOLDEN, puis, en 2004, d’un film de Guillermo DEL TORO avec Ron PERLMAN dans le rôle du démon rouge. A noter qu’une suite, baptisée Hellboy : The Golden Army, est sortie à l’été 2008, et que plusieurs anime, dont Sword of Storm, Blood and Irons et The Phantom Claw sont disponibles en DVD aux Etats-Unis.

Le héros et son univers évoluent, depuis les années 40 jusqu’à aujourd’hui, dans un contexte largement emprunt de mythologies et de légendes. On ressent nettement l’influence d’H.P.LOVECRAFT (qui fut l’un des grands auteurs des Weird Tales, une revue pulp des années 1920 qui est également le nom de baptême de recueils de one-shot sur le thème d’Hellboy, recueil encadré par MIGNOLA) et Edgar Allan POE, dans cet univers teinté d’ésotérisme qui s’étoffe à chaque histoire et prend une dimension féerique dès la fin de Hellboy : The Island.

Hellboy par Duncan FEGREDO, dans Darkness Calls, Dark Horse Comics, 2007

« J’ai promis un miracle à Herr Hitler. J’en ai accompli un. »
Raspoutine évoquant le succès de l’opération Ragna Rok (MIGNOLA Mike, Hellboy : Seeds of Destruction, 1994, Dark Horse Comics)

CHARA-DESIGN… CONCEPT ART…

Lors de la production de l’anime Batman : The Animated Series, Bruce TIMM demanda à MIGNOLA de concevoir le design de Mr Freeze. Il fut plus tard associé au concept-art de la série Batman Beyond du même Bruce TIMM.

Mister Freeze, ennemi de Batman, designé par Mike MIGNOLA

En 2002, Mike MIGNOLA devint concepteur artistique pour Guillermo DEL TORO, fan de Hellboy, dans le cadre du film Blade II, adaptation d’une franchise Marvel. C’est certainement à cette occasion que le réalisateur confia à l’auteur son souhait d’adapter Hellboy.

Connaissant un succès retentissant avec Hellboy, Mike MIGNOLA a été contacté par Disney afin de participer à l’élaboration du dessin animé Atlantis : The Lost Empire, qui est d’ailleurs assez proche de l’univers développé dans Hellboy. De son propre aveu, l’auteur confie avoir passé peu de temps sur le projet, dans la mesure où quand il arriva, les chara-designers avaient déjà commencé à travailler sur son style pour adapter les personnages de Disney. Ainsi se contenta-t-il de superviser et se concentra-t-il sur les aspects architecturaux.

En janvier 2009, Guillermo DEL TORO a précisé que Mike MIGNOLA participerait , comme pour Blade II et Le Labyrinthe de Pan, aux designs pour l'adaptation du roman de J.R.R. TOLKIEN, Bilbo le Hobbit (The Hobbit), confirmant la relation de confiance établie entre les deux créateurs.

"With work on The Hobbit really starting to move forward, Guillermo DEL TORO updated MTV News this week with exclusive scripting, casting and pre-production news, including confirmation that “Hellboy” creator Mike MIGNOLA will be coming aboard for early visualization. [...] We are sketching and designing with Weta’s John HOWE, and [Adam LEE] [...] Mike Mignola is coming soon. He’s going to do a stint on the design team."
Guillermo DEL TORO à propos de l'implication de MIGNOLA dans le projet The Hobbit, pour MTV News

L’AVENIR ?

Avec les films, les dessins animés, les jeux vidéo (Asylum Seeker (2000, sur PS1) Dogs of the Night (2000, sur PC), Science of Evil (2008, sur PC, PSP, PS3, Xbox 360 et l’expansion croissante de l’univers d’Hellboy (qui est passée par une rencontre avec le Goon d’Eric POWELL, crossover qui devrait donné naissance à une suite), la Bible Infernale, la création de The Amazing Screw on head, et le roman BALTIMORE, OR THE STEADFAST TIN SOLDIER AND THE VAMPIRE écrit avec Christopher GOLDEN, Mike MIGNOLA semble plus que jamais au centre des attentions.

"I have admired Mike MIGNOLA both as an artist and as a tremendous story teller pretty much since his career began. In this collaboration with Christopher GOLDEN it's fair to say he surpasses himself. He and GOLDEN have produced a witty classic of supernatural fiction."
Michael MOORCOCK, à propos de Mike MIGNOLA

Les droits de Baltimore ont d'ailleurs été achetés par la compagnie New Regency en vue d'une adaptation cinématographique. Comme dans le roman, on devrait donc suivre Lord Henry Baltimore, mordu par une chauve-souris démoniaque sur un champ de bataille, devenant alors la source d'une malédiction causant la mort de sa famille et de son entourage. Baltimore décide alors de chasser et combattre le Roi Rouge, l'incarnation du Mal, afin de se venger.

La couverture de Baltimore par Mike MIGNOLA

Quant à l'univers du démon rouge, il s'étend toujours plus, notamment avec l'annonce d'une série basée autour du personnage d'Edward Gray, détective de l'occulte du XIXe siècle.

L’avenir s’annonce féérique pour Hellboy… infernal pour le B.P.R.D....

On peut faire confiance à son créateur…

La Rédemption est-elle possible lorsque c’est le diable qui vous guide ?
A VOIR
Le Site officiel de Christopher GOLDEN
Le Site officiel de Mike MIGNOLA
Le Site officiel de Dark Horse Comics

Spawn VS Hellboy, par Mike MIGNOLA pour Wizard Magazine

A PARTAGER
Bookmark and Share

0 commentaires: