lundi 16 février 2009

[ARS MAGNA] - TORIYAMA Akira, Go! Go! Ackman, Shueisha, 1993-1994


[ARS MAGNA] - TORIYAMA Akira, Go ! Go! Ackman, Shueisha, 1993-1994

Alors qu’il est en train de terminer son œuvre phare DRAGON BALL avec la saga Boo, Akira TORIYAMA signe avec GO! GO! ACKMAN une œuvre bien plus sombre tout en préservant néanmoins l'humour qui lui est cher. C’est ainsi que de juillet 1993 à octobre 1994, il produit pour le V-Jump de la Shueisha onze chapitres contant les aventures jeune diable revenu sur la Terre de l'univers The WORLD. Son nom: ACKMAN, tout simplement.
« Plus les humains sont bons, plus leur âme est chère. »

L’histoire prend place quand le jeune démon se réveille à l’occasion de son 200e anniversaire, terminant là une nuit qui a durée cinquante années terrestres. Son objectif est alors d’assassiner un maximum d’individus afin de recueillir des âmes qu’il pourrait convertir en argent en se rendant auprès de SATAN. Il faut dire qu’il doit se montrer digne de son père, qui lui a appris toutes ses techniques de meurtres, et qui est connu pour avoir ramené pendant la Seconde Guerre Mondiale un total de 70.000 âmes. Toutefois, pour sa mère, ceci importe moins que les séries télé qu’elle suit assidûment. Quant à sa sœur, elle va l’aider à s’habituer aux nouvelles modes, notamment en remplaçant la tenue de son frère, évoquant alors a tenue classique et ô combien démodée de Dracula armé d’un trident… Il portera dorénavant des vêtements fashion et se battra à l’aide d’une épée et d’armes à feu. Il faut dire qu’Ackman est perdu dans ce monde moderne, même s’il finit néanmoins par profiter des nouvelles technologies, comme quand il reste chez lui à jouer à la Super Nintendo, ou qu’il se promène en voiture.

http://www.widgamer.com/membres/blogs/images/783/188/1222773941_8352078.jpg

Ackman, déterminé à mener sa mission à bien

Mais il passe le plus clair de son temps à errer pour assouvir sa soif de mort. Il reste ainsi avec son acolyte GOLDON, un petit démon ailé qui a le pouvoir de recueillir les âmes dans un flocon, dans l’attente de pouvoir les convertir. C’est aussi Goldon qui va l’aider à comprendre ce monde qui a changé durant son long sommeil, et surtout qui va l’encourager dans sa quête et l’assister dans les moments difficiles… notamment quand Ackman se retrouve face à une personne de sexe féminin. Le jeune diable souffre en effet d’une peur incroyable des filles, et finit par en perdre tous ses moyens.

Ackman et Tenshi, le diablotin et l'angelot

Cependant, cette aventure n’est pas sans repos. En effet, Ackman est confronté à l’ange TENSHI, qui s’oppose farouchement à l’exécution de ce plan démoniaque. Agissant pour la paix universelle, cet ange va en effet employer tout ce qui est en son pouvoir pour essayer d’anéantir le diable. Mais cet ange commet nombre de maladresses qui le desservent, notamment quand il provoque la mort de nombreuses personnes, faisant ainsi indirectement la fortune de son adversaire. Pour cette raison, il finira même recherché par les autorités et sera emprisonné… avant de quitter sa geôle et de s’entourer des tueurs les plus impitoyables pour l’aider à parvenir à ses fins. Aussi réussit-il à convaincre Michel Yamada, l’assassin le plus rapide du monde, tireur hors pair et expert en arts martiaux… Ses honoraires étant particulièrement élevés en raison de son efficacité, Tenshi n’a les moyens de l’employer que pendant cinq minutes… au cours desquelles Ackman ne se présente pas à temps (un rendez-vous lui ayant été lancé par l’ange), et à l’issue desquelles Yamada finit donc par se retirer. Tenshi emploie alors Jeff Patate, un champion d’arts martiaux capable de détruite d’énormes rochers à mains nues… mais qui sera défait par Ackman qui utilisera ses pistolets. Finalement, Tenshi entreprend d’utiliser son arme ultime en exploitant la plus grande frayeur de son ennemi… Ainsi fit-il appel à Mademoiselle Joséphine, torride strip-teaseuse au Dirty Dick… pour échouer une nouvelle fois. Après avoir essayé de vaincre Ackman en vain, il choisit de battre en retraite.

Illustrations pour les jeux vidéo issus de la franchise pour la Super Famicom

C’est alors que la Terre se retrouve menacée par des extraterrestres impitoyables… Ils auraient pu constituer un fléau mondial qui aurait pu lui apporter une importante source d’âmes, mais Ackman a choisi d’éliminer les deux visiteurs, ce qui lui vaudra les moqueries de Maya, une consœur diablesse poursuivant la même quête.

Vient alors (et déjà) donc temps pour les diables de se présenter devant Satan, le maître absolu de la confrérie diabolique. Ackman, avec sa faible collecte, redoute cette visite, surtout que Maya est nettement plus douée que lui. Elle ramène ainsi 25.306 âmes à elle-seule, permettant au maître de se préparer la mixture destinée à lui rendre sa vigueur d’antan (en effet, la paix dans le monde n’aide pas à lui apporter le nombre d’âmes nécessaire). Constatant alors la richesse de la jeune diablesse, Ackman se mettra alors en tête de la prendre pour épouse, et finira par se marier après avoir écarté l’autre prétendant. Il ne reste pour le diable, dorénavant riche, qu’à profiter de la longue vie qu’il lui reste aux côtés de son épouse.

Ackman et son fidèle Goldon

Avec cette œuvre, Akira TORIYAMA revient donc à ses premières amours, celui des monstres et créatures étranges, pour un résultat atypique et totalement imprévisible, ce qui est accentué par la brièveté des différents chapitres, qui n’excèdent jamais cinq pages. Go ! Go ! Ackman lui permet de jouer avec la mort et de tourner celle-ci en dérision, conférant à ce manga un esprit particulier déjà esquissé dans Dragon Ball avec le tournoi de Mamie Voyante, et montrant qu’il peut traiter audacieusement ces thèmes avec un nouveau regard.

A VOIR
Jeux vidéo
Go! Go! Ackman, Banpresto, 1994
Go! Go! Ackman 2, Banpresto, 1995
Go! Go! Ackman 3, Banpresto, 1995
Manga
TORIYAMA Akira, Go! Go! Ackman, dans Histoires Courtes # 3, Glénat, 1999

A PARTAGER

Bookmark and Share

2 commentaires:

Julien a dit…

Toujours intéressant de voir l'analyse des gens quand à ce manga.

J'aime beaucoup ton analyse !

Voici un site internet entièrement dédié à Go! Go! Ackman.

Matth a dit…

Merci ! Il est vrai que Go! Go! Ackman et beaucoup d'autres oeuvres de TORIYAMA méritent d'être connues au même titre que DRAGON BALL.

Par contre, aucune URL de votre site dans votre commentaire... Un oubli ? N'hésitez pas à repasser.