lundi 22 décembre 2008

[ARS MAGNA] - TSURUTA Norio, Dream Cruise: Croisière sans retour


[ARS MAGNA] - TSURUTA Norio, Dream Cruise
: Croisière sans retour

L’avocat Jack Miller (Daniel GILLIES, Coup de foudre à Bollywood, Spider-Man 2) a une peur panique de l’eau depuis qu’il a vu son frère se noyer quand ils étaient enfant. Alors qu’il travaille au Japon depuis des années, Eiji (Ryo ISHIBASHI, Audition, The Grudge), un de ses clients importants exige qu’il l’accompagne sur son yacht, afin de régler certains détails sur plusieurs contrats. Il n’a pas le choix et accepte de le suivre, même s’il comprend rapidement que celui-ci est au courant au sujet de la liaison qu’il entretient avec Yuri (Yoshino KIMURA, Shitsurakuen), l’épouse de celui-ci, qui embarque avec eux. Alors que le doute s’installe, le bateau tombe mystérieusement en panne au large…


Adapté d’une nouvelle éponyme de Koji SUZUKI (Ring, Dark Water), Dream Cruise a été réalisé par Norio TSURUTA, réalisateur de l’adaptation d’une autre œuvre de l’auteur, Ring 0. Cette fois, le projet s’inscrit dans le cadre de la Saison 2 de l’anthologie américaine initiée par Mick GARRIS et qui porte le titre de Masters of Horror. Il a d’ailleurs la lourde charge de la terminer, à l’instar de son compatriote Takashi MIIKE qui concluait d’une empreinte durable la précédente saison de son Imprint.

Sans être d’une originalité absolue, Dream Cruise se pose en bon représentant des films d’horreur nippons popularisés par Ring et Ju-On, même si on ressent une impression de déjà vu, notamment dans la représentation de l’ex-femme d’Eiji, au corps désarticulé et aux longs cheveux noirs... vestiges du mythe classique de CHÔCHIN OIWA qui donna naissance à cette multitude d'histoires. On retrouve d’ailleurs les grands poncifs du genre décliné au cinéma, comme les longs cheveux qui sortent de nulle part, ici pour s’enrouler autour du bateau et tuer Eiji, les parasites radio ponctués par une voix, celle du frère de Jack, ou encore l’eau qui surgit d’elle-même, essayant de noyer Yuri. Ce dernier subit alors au même moment les flash-back qui lui permettent de comprendre ce qui s’est passé.

Restent les effets spéciaux, qui fonctionnent bien et restent dans l’ensemble très efficaces. Le fantôme, par exemple, est convaincant et assez dérangeant lors de ses quelques apparitions. Notons toutefois que le film connaît un démarrage un peu lent, le surnaturel n’intervenant que tardivement. De plus, l’intrigue autour de la hantise du héros et de son frère noyé est négligée, peut-être en raison du changement de format, le film initial faisant 90 minutes, alors qu’il n’en reste que 60. Néanmoins, les personnages sont travaillés et l’histoire fonctionne suffisamment bien pour faire de cet épisode une bonne histoire.

A VOIR
SUZUKI Norio, Dream Cruise, dans Dark Water, Fleuve Noir, 2005
TSURUTA Norio, Dream Cruise, dans Masters of Horror, Saison 2, 2006

0 commentaires: